A PHP Error was encountered

Severity: 8192

Message: Non-static method HTML::cssLinkTag() should not be called statically, assuming $this from incompatible context

Filename: libraries/Rapyd.php

Line Number: 286

A PHP Error was encountered

Severity: 8192

Message: Non-static method HTML::javascriptLinkTag() should not be called statically, assuming $this from incompatible context

Filename: libraries/Rapyd.php

Line Number: 291

A PHP Error was encountered

Severity: 8192

Message: Non-static method HTML::javascriptLinkTag() should not be called statically, assuming $this from incompatible context

Filename: libraries/Rapyd.php

Line Number: 291

A PHP Error was encountered

Severity: 8192

Message: Non-static method HTML::javascriptTag() should not be called statically, assuming $this from incompatible context

Filename: libraries/Rapyd.php

Line Number: 296

A PHP Error was encountered

Severity: 8192

Message: Non-static method HTML::cssTag() should not be called statically, assuming $this from incompatible context

Filename: libraries/Rapyd.php

Line Number: 300

Magazine Diplomat Investissement - Aliko Dangote, première fortune africaine

Aliko Dangote, première fortune africaine

Aliko Dangote, première fortune africaine


Né le avril 1957 à Kano, Nord du Nigeria, Aliko Dangote est un homme d'affaires nigérian d'origine Haoussa, considéré comme l'homme le plus riche d'Afrique. La valorisation de ses parts dans ses quatre sociétés cotées en bourse s'élève à plus de 25 milliards de dollars, selon le classement 2014 des plus grosses fortunes du monde du magazine Forbes.

Aliko Dangoté débute dans le monde des affaires en 1977 grâce à un apport de son oncle de 500 000 nairas et 3 camions de ciments provenant de son grand-père et d'un prêt remboursable sur deux ans.

Le ciment étant une denrée rare et chère à l'époque dans le pays, son entreprise se développe très rapidement pour devenir Danogite Cement.

Développement d'un empire

En 1980, Aliko Dangote s'installe à Lagos pour développer son entreprise. Le coup d'état de 1983 s'avère être une aubaine, la junte militaire ayant emprisonné tous les grands hommes d'affaires de la ville, libérant ainsi de vastes marchés. En 1981, le Dangote Group est créé. Il investit alors dans le sucre, l'importation de riz, et également dans une banque qui fera ensuite faillite.

À la fin des années 1980, inspiré par le modèle industriel brésilien, il se lance dans l'industrie. Son groupe construit une raffinerie de sucre et une usine d'emballage pour les pâtes alimentaires que le groupe importe au Nigéria.

En 2007, Forbes publie qu'avec 1,5 milliard de dollars, Oprah Winfrey serait la personne « noire la plus riche du monde ». Encore peu connu en dehors du Nigeria, Aliko Dangote a pris la parole publiquement pour déclarer qu'il était « bien, bien plus riche qu’Oprah Winfrey ».

Au premier semestre 2007, Aliko Dangote a introduit deux de ses treize sociétés sur le NSE (Nigerian Stock Exchange, la bourse nigériane) et la valeur de ses parts dans celles-ci a été estimée par les analystes à 10 milliards de dollars. L’une des deux sociétés cotées, Dangote Cement, est devenue la plus grosse capitalisation boursière du Nigeria. La valorisation de ses participations place directement Dangote parmi les hommes les plus riches d’Afrique, sachant que 11 de ses sociétés demeurent non cotées en bourse.

En 2013, son groupe possède la plus grande usine de production de ciment subsaharienne, Obajana Cement Plant. Ses projets d’investissement atteignent 10 milliards de dollars dont une part sur la construction de cimenteries en Afrique (Afrique du Sud, Zambie, Éthiopie, Sénégal, Mozambique et Cameroun).

En 2013, avec un conglomérat de banques, l'homme d'affaires investit dans la construction d'une nouvelle raffinerie de pétrole d'une capacité de 400 000 barils par jour, pour un coût total de 8 milliards de dollars.

En 2013, il est le premier homme d'affaires du continent noir à dépasser le cap des 20 milliards de dollars (15,3 milliards d'euros) de fortune.

Le milliardaire Alhaji Aliko Dangote est passé rapidement d’un statut de quasiinconnu en 2007 à celui de magnat de la finance du Nigéria. À valeur d’aujourd’hui, il revendique la première place des fortunes sur le continent noir, avec jet privé et yacht de luxe. L’histoire de ce self-made-man, à qui son oncle a prêté 500 000 nairas, soit environ 2 300 euros et 3 camions pour vendre du ciment, est devenue en quelques années une success-story. Son parcours riche, sans pour autant être extraordinaire, rend admirative une bonne part de la jeunesse africaine. Aujourd’hui, le périmètre de Dangote Group, véritable conglomérat diversifié, qu’il préside, couvre le ciment (de la production à la commercialisation), l’agroalimentaire (pâtes, sel, farine, semoule), l’énergie, les mines, le TRANSPORT et la logistique, l’immobilier... Les sociétés du groupe ne sont pas toutes cotées à la Nigerian STOCK Exchange (NSE). En effet, Dangote Group compte quatre sociétés cotées à la NSE, notamment Dangote Cement, Dangote Flour Mills, Dangote Sugar Refinery et National Salt Company of Nigeria. À noter que Dangote Cement est la plus grosse capitalisation boursière du Nigéria (jusqu’à un tiers de la capitalisation). Dernièrement, au mois de mai, cette compagnie qui domine le marché, loin devant Lafarge Cement Wapco, a dû inonder le marché local nigérian de 9 millions de tonnes, pour atténuer le renchérissement du prix du ciment.

Un conglomérat diversifié
Le développement serait parti de son orientation vers l’industrie, que le groupe entreprend et qui lui a été inspiré d’un voyage au Brésil. Ce fut le déclic pour lancer des usines de ciment, des raffineries de sucre, de sel, des usines d’emballages et de conditionnement… jusqu’à l’immobilier, en passant par l’acier, la logistique et le transport. A travers toutes ces entités, le groupe commercialise plusieurs marques, à savoir Dangote Sugar, Dangote Cement, Dangote Macaroni, Dangote Spaghetti, Dangote Noodles, Dangote Salt, Dangote Sacks, Dangote Rice, Ziza Milk, Petit Tomato Paste, Danvita, Dangote Flour, Danvita, Dansa Juice, Mowa Water.
Grâce à ses alliances et les opportunités qu’il a su saisir via des acquisitions (Kaduna Refining & Petrochemical Company, ou Blue Star OIL Gas), où il acquit des parts de l’État, et des constructions nouvelles, le groupe est aujourd’hui présent ou en projet de construction en Afrique du Sud, au Cameroun, en Côte d’Ivoire, en Éthiopie, au Sénégal… en Zambie. À titre d’exemple, une usine est en train d’être construite en Tanzanie, pour un investissement de 600 millions de $. L’usine qui devra livrer sa première production en 2015 table sur une capacité de 3 millions de tonnes métriques.

Un milliardaire philanthrope
Une fois son succès bien établi, Dangote Group réalise un certain nombre d’actions citoyennes, à travers sa Fondation, notamment dans les domaines de la santé, de l’éducation, du renforcement des capacités des femmes…
Les décideurs, qui en ont fait l’invité d’honneur du dernier Davos, ne se sont pas trompés. À Abuja, lors du dernier Forum économique pour l’Afrique, son message pour l’amélioration du sort des entreprises et de la jeunesse africaine n’est pas passé inaperçu...

Dangote Cement veut rejoindre le London Stock Exchange l’année prochaine

Selon l'Agence Ecofin qui rapporte les propos de Bloomberg, Aliko Dangote l'homme le plus riche d'Afrique, évoque le projet d'une deuxième introduction sur le London Stock Exchange, de Dangote Cement, la plus grosse entreprise cotée du Nigerian Stock Exchange, avec une capitalisation boursière de 15 milliards $ et un flottant en bourse représentant 7% de cette valeur.

« Nous avons l'ambition de créer une entreprise de classe mondiale, voila pourquoi nous voulons aller à Londres. Il ne s'agit pas seulement de mobiliser de l'argent », a expliqué M. Dangote qui, dans le même temps, a rappelé son ambition de faire de son groupe, une entreprise possédant un fort potentiel d'exportation.

Après avoir touché son niveau le plus bas cette année 2015 au mois de février à 140 nairas, le titre Dangote Cement a traversé un mois de mars dans la stabilité, avant de rebondir, à l'image de tout le marché financier nigérian, pour atteindre les 170 nairas de moyenne au cours du mois d'avril. Rappelons que l'entreprise avait annoncé une baisse de son bénéfice net du fait des charges fiscales et de la hausse des dépenses d'importation, en raison notamment du recul du naira.

Dangote Cement arrivant sur le London Stock Exchange, devrait y retrouver plusieurs autres entreprises africaines dont la capitalisation boursière globale sur ce marché, selon un communiqué reçu par l'Agence Ecofin début avril, atteignait 395 milliards $. Un chiffre qui fait du marché financier anglais, la première bourse en terme de capitalisation, des sociétés africaines cotés.